Treschenu-Creyers

Cliquer pour masquer le cadre et voir l'arrière plan.

Présentation

En quittant Châtillon-en-Diois en direction du col de Menée, des buis joliment taillés bordent la route qui relie le Diois au Trièves. Les cantonniers des Nonières, à l'origine – il y a plus de cent ans – de cette fantaisie arboricole, seraient heureux et fiers de voir qu'aujourd'hui encore, l'usage se perpétue sur cette petite route du haut Diois. Laissant à droite la route du col de Grimone, on remonte la vallée du Bez jusqu'à Mensac, premier des cinq villages formant la commune de Treschenu-Creyers. Puis, vers le nord, sur une route de plus en plus escarpée, on traverse Menée. Prenant à gauche, on trouverait, tout au fond de la combe, Archiane. Mais tout droit, en direction du col de Menée (plus haut col de la Drôme, 1457 m), on arrive aux Nonières. Et de là, on peut monter encore, vers Bénevise, qui surplombe la vallée, un peu à l'écart, depuis les contreforts du Vercors. Inutile de chercher plus longtemps, vous ne trouverez pas le village de Treschenu… pour la bonne raison qu'il n'existe pas. La commune est en effet l'une des rares en France à ne pas porter le nom de l'un de ses villages. Creyers, totalement déserté par ses habitants lors de l'exode rural, sauf en son hameau de Mensac, lui a été rattaché en 1972. Avec plus de 8000 hectares de superficie, Treschenu-Creyers, et ses vallées reculées au cœur des montagnes, est aussi l'une des communes les plus étendues de la Drôme.

Entre Vercors et Provence, le climat de ce pays montagnard fait la transition entre les hivers alpins rigoureux et les étés chauds et secs méditerranéens, comme en témoigne sa végétation variée. Selon l'altitude ou l'exposition, à l'adret ou à l'ubac, les gentianes bleues et les rhododendrons côtoient le buis, le thym ou la lavande. Autrefois entièrement dédiée à l'agriculture et à l'élevage, la commune, forte de son formidable patrimoine naturel et la splendeur de ses sites, trouve aujourd'hui une nouvelle valorisation dans le tourisme de plein-air. Polycultures, élevage et activités artisanales complètent le paysage professionnel local.

Véronique Pitte

d'après Un homme, un village, Séverine Beaumier, Centre alpin et rhodanien d'ethnologie, Grenoble 1978 ; Le Guide du Diois, éditions A Die, 1995 ; Chroniques de Treschenu et Creyers, Centre social, culturel et sportif de Treschenu-Creyers ; L'Almanach du Vieux Dauphinois, 1997 ; archives de la mairie de Treschenu-Creyers.

Cliquer pour masquer le cadre et voir l'arrière plan.